Sonate n° 7 de Prokofiev - analyse technique musicale harmonique pédagogique et propositions de doigtés par Patrick FRASELLE

Page 1 Precipitato - exposition du thème en accords avec l'ostinato sib do# à la basse - ensuite rupture du thème avec la phrase débutant mesure 26 et reprise quatre fois.
Page 1 Precipitato - exposition du thème en accords avec l'ostinato sib do# à la basse - ensuite rupture du thème avec la phrase débutant mesure 26 et reprise quatre fois.
Page 2 - exposition du thème en accords avec l'ostinato sib do# à la basse - ensuite rupture du thème avec la phrase débutant mesure 26 et reprise quatre fois.
Page 2 - exposition du thème en accords avec l'ostinato sib do# à la basse - ensuite rupture du thème avec la phrase débutant mesure 26 et reprise quatre fois.
Page 3 - pont de la mesure 42 à 49 ensuite nouvel ostinato main droite avec thème mélodique à la main gauche.
Page 3 - pont de la mesure 42 à 49 ensuite nouvel ostinato main droite avec thème mélodique à la main gauche.
Page 4 - dévellopement rhytmique en accords puis exposition du second thème opposé et très chanté de la mesure 79 à la mesure 104.
Page 4 - dévellopement rhytmique en accords puis exposition du second thème opposé et très chanté de la mesure 79 à la mesure 104.
Page 5  - exposition du second thème opposé et très chanté de la mesure 79 à la mesure 104.
Page 5 - exposition du second thème opposé et très chanté de la mesure 79 à la mesure 104.
Page 6 - transition ostinatique et rhytmique de la mesure 104 à la mesure 108 réutilisation du second ostinato modulé de la mesure 109 à la mesure 113 puis à nouveau dévellopement rythmique avant la réexpostion du premier thème en accords -.
Page 6 - transition ostinatique et rhytmique de la mesure 104 à la mesure 108 réutilisation du second ostinato modulé de la mesure 109 à la mesure 113 puis à nouveau dévellopement rythmique avant la réexpostion du premier thème en accords -.
Page 7 réexposition du premier thème en accords.
Page 7 réexposition du premier thème en accords.
Page 8 réexposition du premier thème en accords traité en amplification.
Page 8 réexposition du premier thème en accords traité en amplification.
Page 9 - amplification toujours et apothéose technique avec cependant un changement thématique et harmonique.
Page 9 - amplification toujours et apothéose technique avec cependant un changement thématique et harmonique.
La folie à l'état pur - la version la plus rapide du monde... dure... 2 m 26 secondes...
Interprétations curieuses et incohérentes car trop lentes.

1. Glenn GOULD - connu pour son immense talent son excentricité son originalité sa misanthropie ainsi que pour sa forte personnalité - est un immense pianiste ainsi qu'un fabuleux technicien. Connu aussi pour des tempi très - trop - rapides mais techniquement impeccables et quelquefois discutables... Ici, dans la sonate de Prokofiev, ses choix esthétiques dans le premier ainsi que dans le troisième mouvement sont plus que curieux...
Le tempo est trop lent pour ces deux mouvements et dilue un peu l'esprit de l'oeuvre.
Interprétations musicalement contestables car trop rapides et souvent devenues - inaudibles - ou bien musicalement déforcées car la vitesse l'emporte sur le reste.
Dans ce domaine il y a quelques versions très "psychotiques". 
La version schyzophrénique de Wibi SOERJADI est la chose la plus laide que je connaisse en 50 années de pratique du piano.
L'emportement incontrôlé genre "pilote de Formule 1" de Denis MATSUEV en fin de sonate est entièrement inesthétique, également.
Qu'est ce que c'est que ce délire, cette folie, cette vitesse de malade et cette horreur pianistique sans nom ? La pornographie en piano et en musique classique. En plus version non propre : oubli d'un sol naturel avant le fa# main gauche à la mesure n° 57.Je n'ai jamais rien entendu d'aussi laid en musique de piano et à propos de cette sonate. Ce pianiste est sous cocaïne ?
La fin de la sonate devient inaudible.
Les "ratés".
Tous les grands pianistes se trompent et font des fautes en public.
Ce qui a dû arriver à toutes les époques du piano.
Et qui ne comporte aucun caractère de gravité.

Quelques anecdotes

Horowitz et Gould font la même faute en jouant un la bécarre à la mesure n° 57.
Je me suis donc posé des questions bien légitimes :
1. J'ai écouté des dizaines de versions et tous les pianistes jouent bel et bien un la bémol;
2. Par acquis de conscience j'ai consulté diverses partitions;
3. J'ai fait l'analyse musicale de l'oeuvre et Prokofiev écrit bien à chaque endroit modulant de l'oeuvre reprenant la petite cellule thématique à la main gauche chaque fois une descente chromatique. 
A savoir :
mesure n° 57 - (la b - la b - sol - fa# - sol);
mesure n° 65 - (do - do - si bécarre - la# - si bécarre);
mesure n° 114 - (ré - ré - do# - si# - do).

Le modèle que Prokofiev utilise est bien une petite cellule chromatique - la même - mais transposée aux trois endroits de la sonate.
Donc il n'est absolument pas question de la bécarre à cet endroit




 

Dans le Precipitato - à la mesure n° 57 - Horowitz se trompe et joue un LA bécarre en place et lieu d'un LA bémol
Dans le Precipitato - à la mesure n° 57 - Gould se trompe et joue un LA bécarre en place et lieu d'un LA bémol.
Les sublimes interprétations "dessus du panier"

1. Celle de Sokolov est magistrale. Maîtrise absolue du tempo, vitesse bien mesurée et non trop rapide, couleurs, nuances, rythmes impeccables.
1. Celle de Sokolov est magistrale. Maîtrise absolue du tempo, vitesse bien mesurée et non trop rapide, couleurs, nuances, rythmes impeccables.
Les interprétations belles, intéressantes, convaincantes, incarnées, profondes, musicales, expressives, particulières, bien trempées, personalisées, etc.
Ordre choisi des vidéos non préférentiels mais à ré-écouter toutefois pour affiner un classement.
Sokolov
Richter est le créateur de la sonate en 1943; et, nous ne savons pas de quand date cet enregistrement-ci... Le lion Richter est assez sobre dans cette interprétation avec un tempo juste en dessous de "giusto". Par contre, dans la version londonienne de 1970, on sent qu'il a pris ses marques et ses tempi sont plus nerveux.
Boris Berman
Vondracek
Sultanov
Sultanov
Dichter
Bronfman
Ryomi
Rosseti
Gromov
Argerich
Avdevaa
Pletnev
Pollini
Madame "Robe Rouge" née - semble-t-il - sans prénom ni nom.
Precipitato.
Precipitato.
Precipitato. Dommage que Martha ait l'air de s'ennuyer en jouant ? C'est probablement la personnalité sud-américaine qui est renfrognée...
Complète. Yulinna - 1er prix du concourt Chopin.

Documentations diverses sur la sonate n° 7.

Les plus lus

Patrick FRASELLE pianiste Liège Belgique

Les concours de piano - bienvenue au pays de l'absurde